padel_team_ch_eur

Monica Blankson-Hemans, une monitrice bien dans ses tennis

Monica BlanksonDans le cadre de notre série d’entretiens avec des stagiaires et anciens stagiaires, nous avons eu la chance de rencontrer Monica Blankson-Hemans, jeune monitrice du TC Jocassien à Jouy-Le-Moutier.

Cette enseignante, qui vient d’entamer une formation en DES JEPS Tennis vit particulièrement bien son métier et continue de faire ce qu’elle à toujours fait : apprendre et explorer de nouveaux horizons, notamment via une passion, le padel.

 

Bonjour, Monica, peux-tu te présenter ?

J’ai 24 ans, je suis enseignante de tennis diplômée depuis 3 ans et mon club est, depuis longtemps, le Tennis Club Jocassien à Jouy-le Moutier (Val-d’Oise). J’ai commencé le tennis à 4 ans (à Vauréal), puis j’ai suivi la progression classique en école de tennis puis en centre d’entrainement club et de la ligue du VDO. Mon meilleur classement a été 3/6.

Avais-tu le projet d’être une joueuse professionnelle ?

Oui, bien sûr, comme toutes les jeunes joueuses qui progressent vite. Mais un moment donné, je me suis aperçue que mes progrès n’étaient pas assez rapides par rapport aux meilleures. Mais je n’ai pas été déçue, car les études comptaient plus pour moi et mes parents.

Quels ont été tes entraineurs ?

J’ai été entrainée en club d’abord par Jean-Michel Caboche qui m’a beaucoup aidée par sa présence en tournois jusqu’à mes 16 ans. Puis par Thierry Octuvon à Jouy jusqu’à aujourd’hui et aussi Catherine Suire à la ligue. De très bons entraineurs qui m’ont surement donné la fibre de l’enseignement. J’apprends encore beaucoup d’eux en les regardant entrainer.

Quel a été ton parcours sur le plan des études et de la formation ?

J’ai eu mon bac et ensuite n’ayant pas trouvé une voie universitaire qui me plaisait, je me suis rapidement orientée vers la formation D.E, à 21 ans. Et dans l’optique de suivre des études plus poussées je me suis inscrite en formation D.E.S, également avec ACFT-Trans-Faire. J’espère avoir mon DES en 2016 car j’ai validé l’UC 3 cette année.

« Le DES apporte une sensibilité sur le terrain, une connaissance des joueurs et joueuses, et une envie permanente de les faire progresser. J’ai acquis un regard professionnel sur le jeu et les joueurs »Monica Blankson-Hemans

Comment s’est passée la formation D.E ?

Très bien, j’ai eu tous les UC en un an, sans le rattrapage ! Seules 5 personnes ont réussi cela sur ma plateforme. Mes formateurs ont été très présents et m’ont apportée toutes les connaissances que j’espérais avoir pour un DE. J’étais (et le suis encore) très intéressée par la technique et la biomécanique et étais avide de pousser encore plus dans ces connaissances.

Mais je m’aperçois que la progression se situe ensuite lors de la formation DES. Le DES est vraiment à un autre niveau. Tout y est plus poussé et si on le désire, on peut avoir énormément de connaissances sur le jeu, la pédagogie, la technique.

Sinon, étant la seule femme du groupe, j’y ai été parfaitement intégrée, tous les garçons ont été coopératifs et je ne me suis pas sentie isolée. Bien sûr, je regrette qu’il n’y ait pas eu plus de femmes dans le groupe.

padel_team_ch_eur

Monica (au centre), et la belle équipe de France de Padel

Peux-tu nous parler de tes débuts dans le métier ?

J’ai eu la chance d’être dans un club où on m’a fait tout de suite confiance. Thierry qui a été aussi mon tuteur en formation, mon entraineur et mon directeur sportif m’a beaucoup aidée. Cela m’a permis d’être tout de suite à l’aise. J’ai aussi rapidement intégré l’ETR de la ligue du 95. Ayant participé à un stage de formation spécifique « tout-petits » (5-6 ans) à la ligue, j’ai eu à prendre en charge des groupes de petits détectés dans les clubs. J’étais supervisée par les cadres de la ligue et pendant trois ans j’ai pu progresser dans ce domaine spécifique des petits.

Qu’est-ce qui t’intéresse particulièrement dans les groupes de tout-petits ?

Nous avons mis en place des équipes spécifiques avec des « répétiteurs » qui sont des jeunes du club, motivés et qui jouent déjà bien avec un bon contrôle de balle. Ils participent aux ateliers en faisant des échanges avec les petits. Cela permet d’avoir un volume de jeu conséquent et beaucoup de progrès pour les petits joueurs. J’aime aussi aborder les points techniques avec les 4-6 ans en leur proposant des images qui leur parlent, des dessins animés, par exemple. Ça marche bien !! Pendant ces cours, je suis autant coordinatrice d’une équipe qu’enseignante à proprement parler.

Quelles sont tes missions actuelles ?

J’effectue 25 heures terrain au club (j’ai dû arrêter la ligue) pour des groupes d’école de tennis avec une spécificité 4-6 ans car nous avons le label club formateur de ces âges grâce à ma participation aux formations de la ligue qui constitue un repère pour moi. Selon les années, je peux aussi encadrer des groupes compétition d’ados, groupes que j’apprécie particulièrement pour la relation que je peux établir avec eux.

As-tu d’autres activités ou fonctions dans ton club ?

Etant, selon les années, numéro un ou deux du club, je ressens une responsabilité vis-à-vis des joueuses de l’équipe. Je peux parfois être capitaine ou coach de l’équipe. Ce sont des moments agréables et parfois intenses.

Sinon, je participe et initie des animations organisées dans le club et suis, par exemple, responsable de la journée départementale du tennis féminin. 

Et à titre personnel, as-tu d’autres activités sportives ou non ?

Monica qui s'arrache en compétition (source Ligue du 95)

Monica qui s’arrache en compétition (source Ligue du 95)

Oui, je me suis « lancée » dans le PADEL depuis un an, ai été sélectionnée dans le VDO pour participer aux championnats de France, il y a peu de temps, à Lyon. Je suis maintenant en équipe de France et classée huitième française ( !) même si ce classement ne reflète pas tout à fait la hiérarchie. Cela me plait beaucoup et n’est pas incompatible avec mon métier. C’est un sport agréable et intéressant et un bon joueur de tennis peut rapidement avoir des résultats.

Sinon, quand j’étais plus jeune (!), j’ai encadré des stages de tennis pour jeunes pendant l’été, de bons souvenirs…

Qu’as-tu envie de dire à des jeunes femmes qui auraient envie de passer le pas et devenir enseignante professionnelle ?

Il faut être passionnée, comme, je pense, je le suis, par le tennis mais aussi les enfants, les ados… Et surtout, poursuivre sa formation avec le D.E.S après le D.E car il y a un changement de vision, pour moi entre les deux niveaux. Le DES apporte une sensibilité sur le terrain, une connaissance des joueurs et joueuses, et une envie permanente de les faire progresser. J’ai acquis un regard professionnel sur le jeu et les joueurs.

Je te remercie Monica, et te souhaite bonne continuation dans ta carrière qui est déjà bien riche.

Ling-henMonica Blankson-Hemans, une monitrice bien dans ses tennis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *